La solution

c'est par ici !

Passage de la 4G à la 5G : une main tourne un cube où il est écrit 4 sur une face et 5 sur l'autre. Un autre cube est posé à côté avec un G écrit dessus.

La 5G, un bond technologique au détriment de notre santé ?

26 juin 2019 - par ASAP

En télécommunications, la 5G est la cinquième génération de standard pour la téléphonie mobile.

Des tests en conditions réelles sont d’ores et déjà en cours dans plusieurs grandes villes et le lancement officiel devrait être effectif début 2020.

Concrètement que va apporter cette nouvelle génération ?  D’après les différents acteurs du secteur, une révolution ! Pour Qualcomm par exemple, la 5G sera une avancée aussi importante que l’avènement du moteur à explosion ou de l’électricité.

Des débits de télécommunications mobiles de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu’à 100 fois plus rapides que la 4G.

Outre l’amélioration de nos usages actuels (téléchargement, streaming, navigation web, etc.), cela ouvre des portes à peine imaginables aujourd’hui : les voitures pourront communiquer entre elles et seront totalement autonomes, la réalité augmentée et l’IOT se démocratiseront. Le suivi GPS sera beaucoup plus précis et cela sera aussi un tremplin pour le déploiement de l’intelligence artificielle à de nombreux niveaux de notre société.

La solution OMOGEN sera bien sûr compatible et offrira à ses clients tous les bénéfices de ce nouveau réseau.

Voilà pour les cotés positifs, en revanche, du point de vue de ses détracteurs, c’est notre santé qui inquiète.

L’OMS classe les champs électromagnétiques émis par les antennes des réseaux de télécommunications comme des « cancérogènes possibles ».

En 2018, une étude américaine du National Toxycology Program a conclu qu’une forte exposition aux ondes électromagnétiques 2G et 3G avaient provoqué des tumeurs au cerveau chez des rats mâles.

Cela renforce légitimement la suspicion à l’égard de ces réseaux, même si le risque certain de cancérogénicité n’est pas avéré.

Les promoteurs de la 5G eux, assurent qu’elle pourrait même être moins nocive que les technologies précédentes. Une partie des antennes, en particulier celles de la bande 3,5 GHz, peuvent en effet diriger le signal vers les appareils qui en ont besoin, de quoi éviter que l’énergie émise par ces équipements ne soit absorbée par des personnes, murs, et autres obstacles inutiles.

Des avantages certains, une nocivité qui reste à prouver… Ce qui est sûr, c’est que de nombreuses études sortiront sur le sujet, et les résultats des tests en cours actuellement nous aideront à mieux comprendre les enjeux.